asso.comunity@gmail.com

Twitter, la libre expression et ses limites : deux cas Son-Forget et Hassani

Twitter, la libre expression et ses limites : deux cas Son-Forget et Hassani

Twitter, créé en Mars 2006, est le réseau social de microblogage (dérivé du blog, il permet d’écrire de courtes publications)  le plus utilisé en Europe. Il a construit sa réputation grâce à la liberté d’expression que celui-ci procure et son utilisation innovante d’hashtags permettant de regrouper des communautés ou du moins d’interagir les uns avec les autres autour de sujets de conversation divers.

Aujourd’hui ce réseau social numérique se trouve être un outil à double tranchant. En effet, certains utilisateurs ont construit leur réputation grâce à ce nouveau modèle de communication mais celui-ci semble également être celui qui les fera chuter. La libre expression que chacun utilise à son avantage afin d’exprimer ses idées, pourrait se retourner contre eux. Les messages les plus sulfureux étant ceux à connotation politique, LGBT, ou visant le harcèlement moral.

En France, aucun domaine n’est épargné par ce virus. Pour mieux comprendre ce phénomène, nous allons étudier deux études de cas. Pour commencer, intéressons nous au cas Joachim Son-Forget, homme politique français connu pour sa communication atypique sur les RSN (réseaux sociaux numériques), très différente de celle qu’on peut voir sur le paysage politique français.

Le Cas Joachim Son-Forget, de l’ombre à la lumière

À 35 ans, Joachim Son-Forget, a créé le buzz en affichant ouvertement ses idées et ses opinions sur son compte twitter. Ce sont, par exemple, ses tweets et “sa pensée libre” qui sont à l’origine de son départ de LREM (La République En Marche) en décembre dernier. En effet, JSF (Joachim Son-Forget) est à l’origine de paroles sexistes envers une sénatrice d’EELV (Europe Ecologie Les Verts) où il l’insulte ouvertement sur son physique.

Twitter, la libre expression et ses limites : deux cas Son-Forget et Hassani 1

Suite à ce tweet, un grand nombre d’internautes se sont offusqués de ses paroles déplacées et ont appelé à punir le député pour sexisme. Celui-ci s’est défendu en expliquant que son tweet n’était aucunement sexiste, mais qu’il était dans la lignée des propos de Madame Esther Benbassa comme il a pu l’expliquer à FranceInfo : « Il est expliqué dans mon tweet que c’est une démonstration d’amalgame violent et que ce n’est en aucun cas quelque chose que je pense », se défend Joachim Son-Forget.

Autre tweet loufoque, après les propos de Gilles Le Gendre (président du groupe parlementaire LREM) où il s’exprime sur le cas Joachim Son-Forget, le principal intéressé s’est dit prêt à faire face aux opposants de son propre parti avec l’aide d’un… sabre laser.

Twitter, la libre expression et ses limites : deux cas Son-Forget et Hassani 2

Une Communication bien ficelée mais dangereuse

C’est à travers son parti politique lancé début janvier “Je Suis Français et Européen” que nous allons comprendre comment et pourquoi Joachim Son-Forget communique de cette manière sur internet.

L’objectif premier de son parti politique est de permettre « de ne pas vivre sa vie par procuration, d’être soi. […] Etre soi, c’est ce que beaucoup de Français aimeraient être, sans les entraves morales, réglementaires, normatives. Les gens, dans ce monde moderne, ne peuvent plus être les Français impertinents et authentiques qu’ils ont eu, un jour, le droit d’être”. Voilà comment celui-ci définit sa volonté pour l’avenir, de ne plus se cacher derrière quelqu’un qui n’est pas soi et d’assumer ses choix et ses pensées en s’exprimant ouvertement sur les RSN. Il ajoutera également que les réseaux sociaux permettent par la liberté d’expression, et ici l’ironie qu’il emploi, de tourner le système en ridicule pour montrer que celui-ci est ridicule. Sa communication atypique sur Twitter est donc parfaitement pensée par celui-ci.

Si son intention est donc de lui permettre de dénoncer les problèmes de la société par l’utilisation de l’ironie et la satire sur internet, il faut savoir que Joachim Son-Forget utilise une communication dangereuse. En effet, Twitter, vaste terrain de la libre expression d’opinion peut vite se retrouver être un terrain boueux. Même si ici, Twitter lui a permis d’acquérir et de s’assurer une visibilité et une couverture médiatique sans précédent, il faut savoir que cela lui a surtout permis d’obtenir une dégradation de son image politique et de sa légitimité, au point de devoir quitter son propre parti.

Le cas Hassani, une ascension forte mais fragile

Bilal Hassani est un influenceur de 19 ans, connu pour ses vidéos et ses chansons sur Youtube. Il communique principalement via Twitter, où il compte près de 140 000 followers. Grâce à sa surexposition médiatique, due  notamment au personnage qu’il représente, Bilal Hassani a remporté le programme “Destination Eurovision” et représentera donc la France pour l’Eurovision 2019.

Si tout semble aller si bien pour le jeune chanteur, une polémique autour d’un de ses anciens tweets est à l’origine de controverses concernant sa participation à l’Eurovision.

En effet, des tweets publiés à l’âge de 14 ans ont fait éruption grâce à la chaîne i24news où le jeune vidéaste accusait Israël d’être à l’origine de “crime contre l’humanité”. Des propos forts, écrits durant l’affrontement entre Israël et la Bande de Gaza (Août 2014).

Twitter, la libre expression et ses limites : deux cas Son-Forget et Hassani 3

Bilal Hassani s’est directement défendu via une vidéo sur ce même réseau social où il affirme qu’à l’époque, celui-ci partageait son compte twitter avec d’autres personnes, et qu’il n’est donc pas à l’origine de ce tweet. Une défense jugée très peu solide pour beaucoup.

Twitter, lieu de discorde

Cet exemple montre encore une fois la puissance qu’à ce réseau social sur l’influence médiatique de chacun. Il permet à chacun d’accroître sa notoriété mais également de créer des polémiques (justes ou non) autour de propos vieux de 4 ans en l’occurrence. Ce terrain de jeu, où tout le monde semblait aimer le fait que chacun puisse s’exprimer, donner son opinion est donc plus un problème qu’autre chose. Twitter est un danger pour quiconque veut transmettre ses idées. En effet, obtenir une notoriété grandissante va forcément faire émerger des envieux qui feront tout pour vous faire chuter. Alors faites attention, ne laissez pas traîner de vieux tweets ou images délicates pouvant créer des contentieux politiques, humains ou autre.

Matthieu Chantepie


Sources :

https://www.francetvinfo.fr/politique/la-republique-en-marche/tweets-sexistes-clavecin-et-arts-martiaux-joachim-son-forget-le-depute-qui-a-quitte-lrem-au-nom-de-l-impertinence_3128043.html

https://www.francetvinfo.fr/internet/reseaux-sociaux/twitter/reseaux-sociaux-comment-utiliser-twitter-quand-on-est-politicien_3136935.html

https://www.lesinrocks.com/2018/12/28/actualite/sabre-jedi-gilet-pare-balles-le-depute-joachim-son-forget-repond-au-groupe-lrem-qui-veut-le-convoquer-111155253/

https://www.20min.ch/ro/entertainment/people/story/Un-tweet-compromet-sa-participation-a-l-Eurovision-10708290

https://twitter.com/home?lang=en

http://www.purepeople.com/article/bilal-hassani-ses-explications-apres-des-tweets-controverses_a322943/1

https://fr.sputniknews.com/societe/201902011039874564-bilal-hassani-eurovision-israel-reaction/